APPEL AU BOYCOTT DE L’INVESTITURE DE ALASSANE DRAMANE OUATTARA

By | May 16, 2011 at 11:53 pm | No comments | Africa, International Solidarity, Networking, News, The Pan-Africanist Imperatives

Pan-Africanist Int.



APPEL AU BOYCOTT DE L’INVESTITURE DE ALASSANE DRAMANE OUATTARA
COMME PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DE LA COTE D’IVOIRE.
Par Panafricaniste Internationale
Le Comité de Solidarité Internationale de l’International Pan-Africaniste invite tous les Africains et amis de l’Afrique, les amis de la paix, de la liberté, et de la justice, de boycotter l’investiture du chef des rebelles soutenu par l’Occident son parti vainqueur présumé de la guerre civile en Côte d’Ivoire, Alassane Dramane Ouattara, qui a récemment confirmé qu’il sera officiellement investi en tant que nouveau Président de La Côte d’Ivoire le 21 mai 2011, à Yamoussoukro, capitale administrative du pays.
Nous lançons un appel urgent pour:

1. Que l’Afrique engage la diplomatie et d’autres ressources pour exiger le respect de la souveraineté ivoirienne, la légitimité constitutionnelle, qu’elle exige l’exclusion de politique néo-coloniale, l’ingérence militaire, et en particulier qu’elle demande le retrait de toutes les troupes françaises du territoire Ivoirien;

2. L’établissement d’une programme de désarmement progressif de toutes les forces irrégulières et d’unification de tout le pays sous un gouvernement intérimaire composé de préférence par des dirigeants de la société civile et d’hommes d’état, prêts à renoncer à la participation aux élections pour au moins 10 ans;
3. Un processus populaire de politique national qui vise à développer des solutions ivoiriennes, y compris une constitution nationale, démocratique et inclusive, la réconciliation sociale, une presse libre, et le renforcement des institutions nationales;
4. Un système électoral crédible et des nouvelles élections en Côte d’Ivoire dans un délai raisonnable.
Nous devons dire un grand “NON!” à ce que le Président de la Gambie correctement appelle “des agents néo-colonialistes parrainés  par l’Occident en Afrique qui ne doivent obéissance qu’à eux-mêmes et leurs maîtres occidentaux”, qui “sont prêts à marcher vers la présidence sur des milliers de cadavres”! Cette impunité énergétique risques de se propager d’un pays à l’autre! MAINTENANT il est le temps de l’arrêter! Nous avons besoin de tracer une ligne claire entre l’urgence de mettre notre propre maison en ordre et le rejet toutes formes d’ingérence par des anciennes puissances coloniales. Ces anciennes puissances coloniales continuent d’être des impérialistes agressifs dépendants de nos ressources, et prêts à utiliser les problèmes existants ou, en créer de nouveaux, pour faire avancer leurs intérêts égoïstes et meurtrières.
L’Afrique apparaît faible et ridicule si cette performance scandaleuse des impérialistes en Côte d’Ivoire culminant dans l’attentat contre le palais présidentiel d’un pays Africain indépendant par des forces spéciales françaises, produit un gouvernement que les Africains considèrent comme acceptable. Les impérialistes avides ne s’arrêteront pas là. Des milliers, si non des millions d’autres Africains innocents, vont mourir par leurs mains dans l’avenir. Le Comité de Solidarité Internationale de l’Internationale Pan-Africaniste craint vivement que cette méthode d’installation de dirigeants pourrait devenir la norme. Nous ne pouvons pas savoir comment l’arrêter à l’avenir si ce précédent est laissé au repos sans contester sa légitimité.
Il doit être dit dès le début que nous considérons que ni Alassane Ouattara, ni Laurent Gbagbo ne sont capables de guérir les blessures en Côte-d’Ivoire. Les deux sont responsables des conflits et il est indigne de quelqu’un qui veut une solution adéquate à la crise ivoirienne réponde positivement à cette invitation. Pourquoi devrait un potentiel criminel de guerre être installé en tant que président d’un pays, pendant que l’autre se voit réfusé le droit de parler, même à ses propres avocats? Est-ce la meilleure façon de garantir la paix et la stabilité dans la région?
Au tout début de l’impasse politique ivoirienne des dernières années, les progressistes criaient: “Il est clair que les deux dirigeants bénéficient d’un soutien important et que leurs partisans croient sincèrement que les autres cherchent à les tromper sur une victoire méritée. L’imposition de l’un des leader sur les Ivoiriens ne peut désamorcer le conflit. La Côte d’Ivoire mérite mieux.”
Pour éviter toute doute, nous rejetons l’argument selon lequel tous ceux qui s’opposent à la guerre en Côte d’Ivoire soutenaient Laurent Gbagbo. La raison pour laquelle beaucoup d’entre nous ont opté pour le dialogue et les négociations se fondait sur la nature de la crise politique Ivoirienne, les rapports officiels des observateurs indépendants d’Afrique qui étaient sur le terrain, et les résultats ridicules et statistiquement impossible présenté par le Président de la Commission Électorale Indépendante à l’Hôtel du Golf. Lui-même membre du parti d’Alassane Ouattara, il a annoncé la victoire de Ouattara, au siège de son parti Ouattara, accompagné par les ambassadeurs Français et Américains, sans média Ivoirien présent.
Le Forum Socialiste du Ghana (SFG), dès le 21st Décembre 2010, a indiqué dans un communiqué que: “La vérité est que ni les résultats déclarés par les la Commission Électorale Nationale Indépendante, ni aux déclarés par le Conseil Constitutionnel ne peuvent être le reflet de la volonté du peuple Ivoirien. Tous les éléments de preuve (ce qui est largement disponible) suggèrent une élection viciée. Ceci est le résultat d’un processus électoral vicié surveillés par une bureaucratie de l’ONU avec peu d’engagement pour les droits et les aspirations des Ivoiriens ordinaires ou peu de volonté de faire face à une crise plus profonde de la société Ivoirienne.”
Le SFG en outre fait l’appel: “Nous n’avons aucune illusion que ceci [appel à une résolution pacifique] peut être réalisé du jour au lendemain ou sans un engagement important de ressources financières limitées. Nous sommes toutefois convaincus que le coût politique, humanitaire et financier final pour les Ivoiriens et les Africains engendré par l’effondrement complet de la société Ivoirienne ou un retour au conflit sera beaucoup plus élevé que les coûts d’un projet de paix de longue durée. “
Depuis lors, beaucoup de sang a été versé dans des conflits dans lesquels les deux belligérants étaient en concurrence avec impunité pour commettre des crimes de guerre, semer la mort et la destruction à une échelle massive.
Nous constatons avec consternation qu’à la suite d’un briefing de M. Choi Young-jin, Représentant Spécial du Secrétaire Général de l’ONU en Côte d’Ivoire, le communiqué de la CEDEAO proclamant Alassane Ouattara comme le gagnant, a déclaré que cette victoire de M. Ouattara était “non-négociable.” Nous condamnons en particulier le rôle joué par trois individus: Blaise Campoore du Burkina Faso, Goodluck Jonathan du Nigeria, et Abdulai Wade du Sénégal, dans cette sordide affaire. Ce fut un effort délibéré pour exclure toute dialogue critique nécessaire. Appeler une telle élection viciée non négociable est délibérément insulter le peuple Ivoirien et soigneusement ingénier la guerre qui a suivi.
Le 29 avril, l’ex-président Thabo Mbeki, a publié un article: What the World got wrong in Côte d’Ivoire, (Qu’est-ce que le monde a mal compris)  avec le sous-titre: “Pourquoi l’Organisation des Nations Unies enracinent-ils des anciennes puissances coloniales sur notre continent? Les Africains peuvent et doivent prendre l’initiative de régler leurs propres disputes.”
Il écrit: “Beaucoup de choses sont radicalement mal posées tout au long de la route vers ce résultat.
Des accords portant sur ce qui devait être fait pour créer les conditions d’élections libres et équitables ont été volontairement et dédaigneusement ignorées. Le Conseil Constitutionnel Ivoirien (CC) est le seul organisme habilité par la Constitution à déterminer le vainqueur dans une élection présidentielle et à installer le président, avec la Commission Electorale (CEI), chargée de transmettre ses résultats provisoires à la CC. Toutefois, ceux qui insistent sur le caractère sacré des règles de droit fondamental à toute pratique démocratique, ont choisi de façon illégal à reconnaître les résultats provisoires annoncés par le président de la CEI, comme résultat authentique de l’élection présidentielle.”
Nous croyons fermement qu’une grande parti des méfaits était le travail du représentant du Secrétaire Général des Nations Unies en Côte d’Ivoire, M. Choi Young-jin. Nous mettons au défi M. Choi directement: où a-t-il obtenu l’autorité de dépasser la constitution de la Côte d’Ivoire? Où a-t-il obtenu ses chiffres? Comment peut-il expliquer sa certification des résultats des élections dans lesquelles le nombre total des votes dépasse le nombre total d’électeurs inscrits tel que certifié par lui-même?
“Par exemple,” écrit M. Mbeki, “dans des rapports sur les élections dans le Nord, la mission d’observation électorale de l’Union Africaine dirigée par Joseph Kokou Kofigoh, ancien premier ministre du Togo, la Société Civile Africaine pour la Démocratie et l’Assistance Electorale dirigée par Seynabou Indieguene du Sénégal, et la Coordination des Experts Electoraux en Afrique (CAEE) du Cameroun, Sénégal, Bénin, Mali, Maroc, Gabon, Togo et dirigée par Jean-Marie Ongjibangte du Cameroun, tous ont sonné l’alarme au sujet des élections dans le Nord. “
Le CAEE a déclaré: «Après le partage d’informations avec d’autres observateurs nationaux et internationaux des élections, nous vous informons que le second tour de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire a eu lieu au milieu des problèmes majeurs dans (différentes) régions (dans le Nord)… Ces problèmes étaient le vol des urnes, des arrestations des représentants des candidats, le vote multiple, le refus d’admettre des observateurs internationaux pour assister au comptage des bulletins de vote, et l’assassinat des représentants des candidats. À cet effet, nous déclarons que le second tour de scrutin, dans ces localités (au Nord)  n’a été ni libre ni transparente dans ces localités.”
Pourquoi, à ce jour, la mission d’observation aux élections de la CEDEAO n’a-t-elle pas publié son rapport sur le deuxième tour de l’élection présidentielle!? Le rapport a-t-il été supprimé?
Aux méfaits de Choi s’est ajouté le fait que, après avoir “convaincu” les Chefs d’Etat de la CEDEAO à prendre une position ferme  et intransigeante contre Laurent Gbagbo, il s’est ensuite envolé à New York avec le communiqué de la CEDEAO dans sa poche, pour demander au Conseil de Sécurité de respecter l’avis de l’organe régional dont la Côte d’Ivoire est un pays membre!
Nous sommes consternés à l’idée qu’il doit avoir fait cela pour mettre en échec et mat diplomatique les Russes et les Chinois qui se plaignent que l’ONU était en train d’interférer d’une façon abusive dans les affaires intérieures d’un pays membre. Cet homme devrait être déclaré persona non grata sur le continent Africain tout entier.
L’investiture d’un évident pantin de l’impérialisme comme Alassane Ouattara, qui vient littéralement au pouvoir par des bombardements impérialistes, est exactement ce que nous devons opposer pour décourager les impérialistes néo-coloniaux dans l’avenir. Le message doit être clair et fort aux rebelles libyen de ce qui les attend à la fin de la route s’ils sont agents de caprices et stratagèmes impérialistes.
La militarisation croissante de la diplomatie et la mise à  l’écart des conciliateurs doit être arrêté. Nous sommes très préoccupés par Ouattara et sur les rebelles dirigés par la CIA en Libye, destinés à affaiblir et à briser l’Afrique, la souveraineté des pays Africains et les coopérations inter-Africains qui n’ont pas été filtrés à travers des agents et les intérêts de l’OTAN/EU.
Par conséquent, nous condamnons dans les termes les plus énergiques l’imposition par la communauté internationale d’Alassane Ouattara à une société profondément divisée. Cela ne résoudra pas la crise en Côte d’Ivoire. Ce que ça fera ce n’est qu’avancer la cause globale du néo-colonialisme. Ça préparera le terrain pour un nouveau conflit entre la France, les Etats-Unis et les puissances alliées régionales pour le contrôle de la Côte d’Ivoire. Cela va amplifier les conflits sur les ressources régionales, en particulier le pétrole et le gaz, cela nuira au peuple Ivoirien et à la région.
Cet appel au boycott est donc une réaffirmation de notre feuille de route pour une paix durable, pour affirmer le respect des droits de l’homme fondamentaux de tous les Ivoiriens, et de renforcer les institutions démocratiques et la primauté du droit en Côte d’Ivoire. Les-sois-disant champions de la démocratie qui ne peuvent pas attendre pour descendre à Yamoussoukro pour installer leur marionnette doivent noter qu’ils ne sont pas seulement observés par les Africains et le reste du monde, mais aussi par leurs propres citoyens de leurs pays respectifs.
Nous informons les citoyens du monde de prendre note de ceux qui assistent à cet événement et de les faire répondre aux questions suivantes, juste pour commencer:
Allez-vous installer un homme dont l’armée de rebelles dont il est le chef, a été accusée de massacres et crimes de guerre?

Comment expliquez-vous les paroles dédiées à la paix et la réconciliation avec le flux actuel de confiscations des biens des opposants politiques par le nouveau régime sans procédure régulière et le pillage du reste par l’armée rebelle? Avec quels arguments le nouveau régime a-t-il refusé des visas et expulsé les avocats Français d’un homme qu’ils prétendent questionner pour un procès à venir?

Qu’en est-il la liberté de la presse? Voir le dernier rapport du mardi 10 mai 2011, de Reporters sans Frontières: ” Appuyez sur dans la tourmente après la chute de Gbagbo “.

Qu’advient-il de la responsabilité de Ouattara Alassane dans les crimes de guerre commis en son nom, par l’armée rebelle?

Comment réconciliez-vous une nation avec l’injustice et l’abus des droits de l’homme fondamentaux des opposants politiques?
Nous appelons tous ceux qui ont reçu des invitations pour assister à l’inauguration le 21 mai de M. Ouattara de les traiter avec le plus grand mépris qu’elles méritent.
Pour plus de renseignements et des liens vers les questions soulevées dans la présente déclaration, s’il vous plaît visitez: http://www.panafricanistinternational.org/

Vive les bonnes gens de la Côte d’Ivoire!
Vive la solidarité pan-africaniste!
Passez le mot et partager le avec vos amis!

Comité de solidarité internationale,
Panafricaniste internationale.

Print Friendly